L'histoire démarre en 2010. Un rapport parlementaire conclut que la France risque de manquer de capacités de production d'électricité pour faire face aux pics de consommation pendant les vagues de froid hivernales.

Le recours massif au chauffage électrique dans l'Hexagone implique qu'une baisse de la température d'un degré entraîne une augmentation de 2 400 MW de la consommation.

La loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (NOME), adoptée en décembre 2010, prévoit donc la création d'un mécanisme de capacité qui…