Rassurer les citoyens d’un côté, rester dans la course avec la Chine et les États-Unis de l’autre. C’est le jeu d’équilibriste auquel s’adonne la Commission dans son projet de règlement sur l’IA, dont Contexte publie l’ébauche datée du 18 avril.

La Commission ne cherche donc pas à réguler l’IA, mais plutôt ses utilisations dangereuses. Pour ce faire, l’exécutif a choisi une approche fondée sur le risque. Le projet de règlement cible en priorité les usages les plus risqués pour la…