Les capitales n’imposeront pas d’autres obligations que la transparence pour rééquilibrer les relations entre les plateformes en ligne et les entreprises qui utilisent leurs services. Si les eurodéputés se sont saisis de la proposition « plateforme to business » avec le ferme objectif de renforcer l’encadrement proposé par la Commission, le Conseil des ministres, lui, se pose clairement dans la lignée de l’exécutif européen.

Comme le commente une source :

« Le Conseil est assez prudent, la priorité absolue de…