La mission, annoncée par Franck Riester le 27 mars, a été lancée ce jour. Elle vise à dresser « un état des lieux actualisé » des outils de reconnaissance des contenus protégés, en « appréciant leur performance », « mesurant leurs éventuelles limites » et évaluant leur finesse d’analyse. Les trois institutions devront ensuite « formuler des recommandations sur l’utilisation de ces technologies ». À noter que le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) sera représenté par les conseillers d’État Jean-Philippe Mochon…