Contexte
Contexte, le journal des professionnels des politiques publiques
Découvrez Contexte pendant 15 jours, c'est gratuit et sans engagement !
Essayer pendant 15 jours

Déjà abonné ? Connectez-vous

article offert [Simulateur] Créez une majorité pour le nouveau Parlement européen

Quelle nouvelle coalition ? Qui est indispensable ? Qui l’est moins ? Contexte vous propose de composer vous-même les nouveaux rapports de force au Parlement, grâce à simulateur de majorité. Vous avez aussi la possibilité de modifier la composition des groupes en déplaçant les partis d’une formation à une autre. Rien ne va plus, faites vos jeux.

Les clés pour comprendre les rapports de force du nouveau Parlement européen

L’émiettement annoncé a bien eu lieu. Plus aucun groupe ne franchit le seuil symbolique des 200 sièges. En parallèle, les bouleversements de plusieurs échiquiers nationaux vont transformer les équilibres internes des familles politiques.

Le maintien de l’influence française, un défi dans le nouveau Parlement

Entre un Rassemblement national en tête pour la deuxième fois, le score un peu moins bon qu’espéré de Renaissance et la déroute des Républicains, la France aura fort à faire pour peser dans le prochain hémicycle. La percée des Verts et le sauvetage in extremis du Parti socialiste permettent toutefois d’éviter le désastre.

Bras de fer autour de la réforme du règlement de l’Assemblée

À la veille des débats en séance publique, les discussions restent tendues entre l’opposition – qui conteste l’encadrement des temps de parole – et la majorité, qui considère avoir déjà fait suffisamment de concessions. Tout va se jouer dans l’hémicycle, du 27 au 29 mai.

Les élections passées, début d’une séquence politique à haute intensité

D’ici à la mi-juillet, un nouveau président de la Commission doit être désigné. Dirigeants nationaux et eurodéputés estiment chacun avoir la légitimité pour le désigner. Les deux institutions vont se lancer dans une course de vitesse. En toile de fond, la droite européenne joue sa prééminence sur la scène politique de l’Union.

Les 79 députés français du Parlement européen

Contexte vous propose le trombinoscope des députés européens français. Pour chaque élu(e), toutes les infos utiles sont à portée de clic : biographie, commission, groupe, responsabilités… La liste des thématiques de prédilection est aussi disponible.

Protection et taxation, deux enjeux plébiscités par les partis français pour les européennes

Sur ces sujets, les divergences entre la gauche et la droite s’estompent (ou presque), laissant ressortir une vision française de ce que devrait être et faire l’Union. Des sujets sur lesquels les députés ont parfois peu de compétences. Décryptage.

Cinq fois où le Parlement européen a fait la différence

Coincé entre la Commission européenne et les États jaloux de leur pouvoir, le Parlement n'est pas l'institution la plus puissante de la bulle bruxelloise. Son rôle de co-législateur renforcé lui a néanmoins permis d'obtenir quelques victoires ces dernières années.

Les députés imposent au gouvernement le renforcement de la HATVP

Lors des débats autour de la loi sur la fonction publique, les députés LRM ont confié à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) la surveillance du passage des hauts fonctionnaires dans le secteur privé. Une réforme à laquelle Matignon a tenté de résister jusqu’au bout, amenant le gouvernement à se faire battre dans l’hémicycle.

Les trilogues, cette pratique devenue incontournable à Bruxelles

Ces cinq dernières années, plus de 70 % des textes européens ont été négociés de manière informelle entre les co-législateurs. Cette méthode s’est imposée comme la manière privilégiée du Conseil et du Parlement européen de légiférer rapidement. Une pratique que la Cour de justice a commencé à réguler en imposant un minimum de transparence.

Les débats sur la transparence des relations élus-lobbyistes relancés

Deux ans après la publication du décret sur les représentants d’intérêts, les professionnels des affaires publiques se penchent à nouveau sur leur régulation, à l’occasion d’un colloque à l’Assemblée nationale.

Allemagne, Espagne, Pologne : ce que dit la composition de leurs listes aux européennes

Renouveler massivement les têtes, envoyer une kyrielle de stars ou miser sur les apparatchiks… Le choix des candidats aux élections du 26 mai constitue le premier signal de la stratégie politique des partis dans le futur Parlement. Contexte décrypte la démarche de trois délégations qui représentent près de 30 % des sièges. 

La politique industrielle, nouvelle marotte des Vingt-Sept

Les chefs d’État ont commandé à la Commission une stratégie industrielle pour la fin de l’année 2019. Le dossier, légèrement délaissé par l’actuel exécutif, pourrait devenir un axe important du prochain mandat.

article offert Européennes : les propositions des partis analysées une à une

Institutions, énergie, transports, numérique, défense, budget, migration, social, économie. Sur ces différentes thématiques, Contexte a passé au crible les mesures portées par les listes susceptibles d'obtenir plus de 5 % des suffrages pour analyser leur crédibilité et leur faisabilité.

Trois sommets européens pour remplacer Juncker

Lors du sommet du 9 mai à Sibiu, les dirigeants de l'UE devraient convenir de se réunir au lendemain des élections européennes. L'objectif sera de tirer les leçons du scrutin et de déminer le dossier des nominations à venir, dont celle, cruciale, du futur président de la Commission.

Emmanuel Macron achète la relance de son mandat

Lors de sa conférence de presse, le chef de l’État a cherché à solder la crise des Gilets jaunes, tout en soignant ses alliés et en accélérant le traitement des dossiers qui étaient déjà en préparation. Il a juste concédé des erreurs de méthode, en maintenant le cap politique fixé en 2017.

Huawei, l’entreprise qui rêvait d’être comme les autres à Bruxelles

Attaqué par les Américains pour des questions de sécurité nationale, le géant numérique voit sa stratégie de lobbying s’enrayer dans la capitale de l’Union.

Avec les élections, les assistants parlementaires bruxellois plongés dans l’incertitude

À l’approche des européennes, les acteurs de l’ombre au service des députés s’interrogent sur leur avenir. Faut-il rester, se rapprocher d’autres élus ou de La République en marche ? Ou partir, voire se reconvertir dans le privé, quitte à renoncer à un statut avantageux ?

L’avenir des sociaux-démocrates, ceux qui y croient encore

Malgré les sondages qui les donnent moribonds, des responsables politiques et acteurs de l’ombre s’activent sans perdre espoir. Certains tentent de sauvegarder quelques postes d’influence pendant que d’autres s’attachent à repenser la cohérence du groupe S&D du Parlement. Tour d’horizon.

Pour survivre, les sociaux-démocrates lorgnent sur leur gauche

Après des années de déclin, la gauche traditionnelle essaie de reprendre pied. Tandis que Frans Timmermans conduit une campagne pour la présidence de la Commission prônant une alliance large, ses troupes au Parlement se réinterrogent sur leur base idéologique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.