Contexte

Législatives 2022 : retrouvez toute notre couverture sur notre page dédiée

Contexte, le journal des professionnels des politiques publiques
Découvrez Contexte pendant 15 jours, c'est gratuit et sans engagement !
Essayer pendant 15 jours

Déjà abonné ? Connectez-vous

Tout le monde aime l’Europe souveraine, mais chacun la veut à sa sauce

Lors de son discours de lancement officiel de la présidence française de l’UE devant le Parlement européen, Emmanuel Macron a esquissé sa vision de la souveraineté de l’Europe pour les années à venir. Les groupes politiques ont généralement bien accueilli ses idées, tout en y ajoutant chacun leurs inflexions.

La majorité s’agite pour peser sur le programme de son probable futur candidat

Les initiatives se multiplient dans l’ombre d’Emmanuel Macron pour faire émerger des idées et préparer le programme de réélection du président sortant. L’objectif est moins d’avancer réellement des propositions que de mettre en tension une machine de campagne et de motiver les bonnes volontés. [Article modifié par le passage de citations en off]

Le PPE met le prix pour faire élire Roberta Metsola à la présidence du Parlement européen

Pour faire élire la députée maltaise – vivement critiquée pour ses positions anti-avortement – à la tête du Parlement, la droite européenne n’a pas lésiné sur les petits arrangements d’arrière-cour, concédant des postes aux autres familles politiques. Les socialistes espèrent que les concessions obtenues leur permettront de gagner de l’influence au sein de l’institution, même s’ils n’ont pas réussi à sécuriser une majorité de gauche parmi les vice-présidents de l’institution.

Fabrice Dubreuil, le chef d’orchestre des négociations sur le climat et la régulation des plateformes à Bruxelles

Le numéro deux de la représentation de la France auprès de l’UE est chargé de négocier une palette de politiques européennes, du paquet climat à la régulation des plateformes numériques, en passant par les questions sociales, la pêche ou l’environnement. Un personnage clé de la présidence française du Conseil de l’UE, qui court jusqu’à fin juin 2022. Portrait.

À l’Assemblée, les collaborateurs parlementaires toujours en quête d’un statut

Depuis cinq ans, ces petites mains, salariés de droit privé directement embauchés par les 577 députés, ont obtenu des avancées dans leurs conditions de travail. Toutefois, une mission d’évaluation de la loi pour la confiance dans la vie politique recommande de « rééquilibrer » le dialogue social au sein de l’institution.

[Agenda] La France entame sa présidence du Conseil de l’UE sur fond de campagne présidentielle

À seulement quatre mois du scrutin présidentiel, la campagne bat son plein dans l’Hexagone. Mais à 300 kilomètres au nord-est de Paris, la France vient tout juste de prendre la présidence du Conseil de l’UE, pour laquelle Emmanuel Macron a beaucoup d’ambition puisqu’il souhaite ni plus ni moins que redéfinir le « modèle européen ». Tout en bouclant les négociations sur un maximum de législations.

La « RP » de la France à Bruxelles, pilote sous pression de la présidence du Conseil de l’UE

La représentation permanente auprès de l’UE, placée au cœur du dispositif de la PFUE et renforcée par des bataillons de nouvelles recrues, s’est préparée à une avalanche de textes, un rythme de travail effréné et des négociations inévitablement ardues. Mais aussi à une élection présidentielle en plein semestre et des relations d’un genre inhabituel avec Paris.

Le remboursement du plan de relance européen est encore loin d’être ficelé

Quinze milliards d’euros par an. C’est ce que devraient rapporter les trois nouvelles ressources proposées par la Commission européenne le 22 décembre. Mais la somme apparaît déjà comme insuffisante pour couvrir les besoins. De nouvelles propositions sont attendues en 2023.

article offert
21.12.21 Pouvoirs
Mais qui a dit ça ? Jouez au quiz de Noël de Contexte

L’année 2021 a été riche en déclarations pittoresques et plus ou moins contrôlées des politiques de tous bords. Vérifiez que vous n’avez rien raté en répondant aux 20 questions de ce quiz.

Mais où est donc passé le devoir de vigilance des entreprises ?

Contrôler et prévenir les violations des Droits de l’homme et les préjudices environnementaux tout au long de la chaîne d’approvisionnement des entreprises : tel est l’ambitieux objectif que poursuit la Commission européenne avec son initiative sur la gouvernance d’entreprise durable. Mais l’annonce de ce texte, âprement discuté en coulisses, est sans cesse reportée.

Présidentielle 2022 : l’entourage d’Éric Zemmour

L’ancien chroniqueur de CNews et du Figaro compte parmi ses proches quelques transfuges des Républicains. Mais l’on retrouve essentiellement, dans ses équipes, des figures ayant évolué dans toutes les sphères d’influence de l’extrême droite, dans les organisations de jeunesse radicales, ainsi que dans les cercles souverainistes, identitaires ou catholiques conservateurs.

Bruxelles jugera l’Allemagne d’Olaf Scholz sur pièce

Malgré la percée des sociaux-démocrates et l’arrivée des Verts au gouvernement allemand, l’Union ne s’attend pas à de grands bouleversements dans les positions défendues par Berlin. L’interrogation majeure réside dans le poids que les écologistes pourront exercer dans la vie de la nouvelle coalition, alors que les législations qui doivent façonner la transition verte sont en cours de discussion.

Le plan pour sortir le code européen contre la désinformation de l’impasse

Porté à bout de bras par la Commission européenne, le code destiné à assécher les finances de la désinformation en Europe a pris un retard de trois mois. Un délai qui s’explique par des désaccords de fond entre les signataires et par les ingérences de l’exécutif.

Après quatre ans de macronisme, le Palais-Bourbon attend toujours sa révolution

L’arrivée des députés La République en marche (LRM) et la réforme du règlement n’ont pas bouleversé le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Si les missions d’information se sont multipliées, l’empreinte des parlementaires sur les textes n’a guère progressé.

article offert Avec la présidence française de l’Union européenne, Emmanuel Macron se projette dans l’après-2022

Pour les six mois de sa présidence tournante du Conseil de l’UE, la France compte aller au-delà de son rôle de pilote des négociations des dossiers législatifs en cours d’examen à Bruxelles. Emmanuel Macron veut s’appuyer sur cette séquence pour impulser une nouvelle étape dans la construction de l’Union européenne.

article offert Présidence française de l’UE : les ambitions de Macron sont-elles crédibles ?

Le président de la République a présenté à la presse, le 9 décembre, ses priorités pour la présidence française du Conseil de l’Union européenne, qui débutera au 1ᵉʳ janvier pour six mois. Autonomie stratégique, DSA/DMA, salaires minimums européens, paquet climat…, passage en revue du contexte dans lequel s’inscrivent les principaux objectifs.

[Trombinoscope] Les gens qui comptent dans la préparation de la présidence française de l’UE

La présidence française du Conseil de l’Union européenne, qui débute le 1ᵉʳ janvier 2022 pour six mois, mobilise plusieurs administrations à Paris et Bruxelles. Passage en revue de l’organisation et des personnes clés sur les priorités connues de la France : mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, DSA et DMA, paquet social, boussole stratégique…

À l’approche de la présidentielle, les lobbys du numérique s’unissent pour la traditionnelle photo de famille

Comme en 2017, le secteur affiche son unité pour mieux peser sur le scrutin. Un rapprochement dont la portée est pourtant limitée.

article offert À quoi sert une présidence de l’Union européenne ?

Entre le 1ᵉʳ janvier et le 30 juin 2022, la France sera à la tête du Conseil de l’Union européenne. Quel sera son rôle ? Le pays qui occupe ce poste de façon temporaire peut-il tirer profit de cet exercice ? En quoi son action est-elle importante pour faire avancer, ou non, la politique européenne pendant six mois ? Coup de projecteur sur le fonctionnement et les marges de manœuvre d’une présidence tournante.

29.11.21 Numérique
Thaima Samman, l’avocate qui plaide pour le lobbying

Issue de la « bande à Dray », Thaima Samman dirige depuis 2010 l’un des rares cabinets de conseil alliant expertise juridique et affaires publiques, réputé dans le secteur de la tech. Ancienne d’August Debouzy, cette forte personnalité a fait des passages remarqués chez Philip Morris et Microsoft, où elle a rodé sa méthode.