Bien tenté. Ainsi pourrait être résumé le coup de force manqué de quelques députés du Palais Bourbon pour renforcer de façon drastique les sanctions vis-à-vis des contrevenants au secret d’affaires, journalistes et lanceurs d’alerte compris.

Face à la polémique, le ministre de l’Économie a essayé, le 29 janvier, de justifier le projet lors de ses voeux à la presse, estimant que la législation française était inadaptée :

« Nous sommes défaillants à beaucoup d’égards. [Nous nous faisons…