Le dossier tend les acteurs de la filière, depuis que Didier Guillaume a annoncé en novembre 2019 qu’il mettrait fin à la castration à vif des porcelets d’ici à 2022 (relire notre brève ). Le décret entérinant l’arrêt de cette pratique est paru quelques mois plus tard, fin février 2020, mais il restait à savoir comment le mettre en œuvre (relire notre brève ). Depuis, les parties prenantes ont eu à s’accorder à la fois sur les enjeux économiques de…