Qu Dongyu n’avait rien caché de son plan stratégique pour réduire la pauvreté dans le monde. En campagne pour la direction générale de la FAO, l’ancien vice-ministre chinois de l’Agriculture avait distillé les grandes lignes directrices de sa future politique. Au programme : le recours au secteur privé pour renforcer les capacités d’action de la FAO et la transformation des systèmes alimentaires par l’innovation et la digitalisation. Une vision à des années-lumière de celle de son prédécesseur, le Brésilien José…