« Là, on est dans le dur », résume une partie prenante. Depuis près de deux mois, la direction générale de l’Alimentation (DGAL) du ministère de l’Agriculture s’attelle à la mise en œuvre concrète de la séparation capitalistique du conseil et de la vente de pesticides. Si l’ordonnance du 24 avril 2019 acte un principe, elle ne suffit pas à sa déclinaison sur le terrain. Il faut aussi remettre au goût du jour les référentiels utilisés pour délivrer…