Tic tac, tic tac. Bientôt un an que le précédent ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a sommé par arrêté la profession porcine d’en finir avec la castration à vif des porcelets (relire notre brève ). Et plus qu’un an avant que ledit arrêté ne s’applique. Le président de la Fédération des industriels charcutiers traiteurs (Fict), et vétérinaire, Bernard Vallat, se souvient :

« Didier Guillaume avait pris son arrêté sans solution technique acceptable sur les anesthésiques et les analgésiques. »…