C’est un marché qui n’a jamais été simple tant il est sensible aux fluctuations. Et depuis que la peste porcine africaine frappe l’Asie, c’est encore pire. La filière connaît une situation inédite, notamment parce que la Chine manque de cette viande dont sa population raffole.

Conséquence, l’appétit chinois pour le cochon français bondit, et avec lui, le prix sur le marché du porc breton. Les cours ont explosé en mars. Problème, les négociations commerciales se…