« Nous ne pouvons pas garder l’approche générale intacte », a prévenu la ministre portugaise de l’Agriculture, Maria Do Céu Antunes, en ouverture de la seconde journée du Conseil agriculture consacrée à la réforme de la PAC. « Si nous ne trouvons pas de marge de manœuvre, il sera impossible de conclure un accord », a-t-elle prévenu.

Pour débloquer les discussions, la présidence portugaise a soumis aux États quatre paquets de compromis. Ces propositions serviront de base pour le «…