« Quand il y a une crise économique, le commerce souffre toujours davantage, mais là c’est encore plus vrai car c’est toute la logistique qui a été perturbée, les transports, les ports, les aéroports », commente Charlotte Emlinger, qui enseigne le commerce international à Virginia Tech. « Et en période d’incertitude, les comportements habituels peuvent être exacerbés », ajoute-t-elle.

Comme en Europe, les chaînes d’approvisionnement des marchés domestiques chinois et américains ont été perturbées par la crise du coronavirus.

Outre-Atlantique…