Pour la Cour des comptes, le bio n’est pas assez soutenu

La Cour des comptes a présenté le 22 juin son rapport sur le soutien à l’agriculture biologique, avec à la clé douze recommandations pour favoriser son essor. Au passage, elle étrille le ministère de l’Agriculture pour ses choix, notamment sur la promotion de la certification HVE, mais aussi les interprofessions, « peu mobilisées ».
Édition Agro
Marion Coisne
01 juillet 2022 à 7h45
Un trop faible soutien — DR

À lire également

Lobbying : la FNSEA veut occuper le terrain du bio

Les agriculteurs se convertissent, le syndicat majoritaire aussi. Il défend sa vision, souvent éloignée de celle du syndicat bio historique, la Fnab. Un bastion résiste encore à l’influence de la FNSEA : l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab). Mais pour combien de temps ?

Bio : les candidats des régionales en embuscade pour pallier les faiblesses de l’État

La réorganisation des aides à l’agriculture biologique au niveau national – et leur baisse, estime un certain nombre d’acteurs – crée un appel d’air dans lequel s’engouffrent les candidats aux élections régionales des 20 et 27 juin. Mais entre les listes et les régions, les positions varient.

HVE : la laborieuse fabrique d’une certification d’État

La certification Haute Valeur environnementale (HVE) est vue par beaucoup comme une alternative au bio, transversale pour toutes les filières agricoles et rassurante pour le consommateur, car créée et soutenue par les pouvoirs publics. De Paris à Bruxelles elle trace sa route, portée par de nombreux acteurs aux intérêts pas toujours en phase. Son avenir dépendra du bilan de ce jeu politique.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire