Depuis deux ans, les associations environnementales ont obtenu deux avancées de taille : linscription de la protection des riverains dans la loi Egalim en 2018 et, surtout, l’annulation par le Conseil d’État le 26 juin 2019 de l’arrêté de 2017 sur les épandages de pesticides. En cause : l’absence de distance de sécurité entre les zones traitées et les habitations.

À l’été 2019, l’État doit donc plancher très vite sur une définition de ces distances…