“Le pacte de stabilité n’est ni rigide, ni stupide, et c’est dans cette optique que nous allons discuter avec la France” a déclaré le commissaire aux Affaires économiques, mardi 17 novembre.

Pierre Moscovici a été le premier à réagir aux propos tenus, la veille, par le président de la République.

Relire notre article : Après les attentats, la France réclame du concret des Européens

Lors de son discours face au Congrès, François Hollande a annoncé que les nouvelles priorités…