Entretien

Entretien - L’Espagnole Teresa Ribera veut « travailler dur » pour faire aboutir la réforme du marché de l’électricité « avant mai 2024 »

Dans une interview à Contexte, la ministre espagnole de la Transition écologique se dit favorable à des factures reflétant davantage les coûts de production nationaux et à des contrats au prix fixe pour le nucléaire existant. Celle qui fut parmi les premiers à porter le projet de réforme pourrait être une alliée de poids pour la France, en pointe sur la réforme du marché. D’autant que Madrid assure la présidence tournante du Conseil au second semestre 2023.
Édition Énergie
À Stockholm, Anna Hubert
28 février 2023 à 7h00
Teresa Ribera, ministre espagnole de la transition écologique et vice présidente du gouvernement de Pedro Sanchez — DR

À lire également

Documents - Les plans de la Commission européenne pour réviser (sans révolutionner) le marché de l’électricité

Contexte publie les avant-projets de deux règlements attendus pour le 16 mars. Pour Bruxelles, il s’agit d’éviter une nouvelle envolée généralisée des prix de l’énergie en misant notamment sur le développement des contrats à long terme pour les renouvelables et le nucléaire. Effacement, prix réglementés ou exigences de couverture des fournisseurs complètent l’arsenal de solutions qui doit permettre aux Européens de déconnecter les factures d’électricité des cours très fluctuants du gaz.

Entretien - « L’Allemagne est favorable à une réforme sérieuse du marché de l’électricité », clarifie Sven Giegold

Dans une interview à Contexte, le secrétaire d’État allemand chargé de l’Énergie veut tordre le cou à l’idée selon laquelle Berlin ne veut pas toucher au fonctionnement du marché de l’électricité. Il reconnaît toutefois des « discussions parfois difficiles avec la France », bien plus réformiste. Pour Sven Giegold, les mesures les plus controversées comme celles portées par Paris ou Madrid en faveur de contrats obligatoires à prix fixe pour les centrales existantes – y compris nucléaires – ne doivent pas être décidées avant les élections européennes de mai 2024.

Face aux manœuvres de Paris, Madrid et Berlin (hydro)gênés aux entournures

L’hydrogène bas carbone doit être reconnu et soutenu au même titre que l’hydrogène vert dans les textes européens : voilà le refrain que la France répète à toutes les tables de négociation bruxelloises, quitte à envenimer les discussions sur la révision de la directive « énergies renouvelables ». Dans son combat, Paris cherche des alliés de poids et tente de forcer la main de ses partenaires allemand et espagnol… qui ne se laissent pas faire.

Marché de l’électricité : le courant révolutionnaire affaibli

Alors que la présidente de la Commission européenne s’était engagée à réformer le marché de l’électricité européen début 2023, ses promesses de « refonte structurelle » se sont vite muées en simples annonces d’« ajustements ». L’hostilité du secteur à toute forme de révolution et la technicité du sujet pourraient avoir raison des ambitions d’Ursula von der Leyen.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire