Nicolas Hulot, le militant jamais devenu ministre

Le départ surprise du ministre de la Transition écologique souligne la faible ambition en matière d’environnement et d’énergie du président de la République, ainsi que l’incapacité de l’ex-ministre à faire de la politique.
Éditions Énergie , Pouvoirs , Environnement
Victor Roux-Goeken, Simon Prigent
28 août 2018 à 17h30
— Joëlle

À lire également

Barbara Pompili : deux ans pour verdir le quinquennat d’Emmanuel Macron

Connaisseuse de la mécanique institutionnelle, disposant de nombreux relais parlementaires, Barbara Pompili s’est plusieurs fois illustrée à l’Assemblée en défendant des positions opposées à celles de l’exécutif. À la tête d’un ministère réputé pour son instabilité, l’écologiste ralliée à la Macronie n’a que deux ans pour imprimer une marque verte au quinquennat.

Ce que vous n’aviez pas (encore) remarqué sur le nouveau gouvernement Philippe

Castaner bridé, les collectivités traitées, le Modem récompensé… Ce remaniement constitue un ajustement plus qu’un bouleversement de l’équipe au pouvoir.

La notoriété médiatique ne suffit pas à faire un bon ministre

Venir de la société civile, auréolé d’une forte notoriété médiatique, est un atout pour un ministre. Mais pour peser sur les décisions, comprendre comment fonctionne la machinerie gouvernementale est indispensable. Tout comme savoir se faire des alliés en n’ayant pas peur d’aller au combat. 

Nicolas Hulot reporte sine die l'objectif de baisse de la part du nucléaire

S'appuyant sur une étude de RTE, le ministre a jugé « difficile » l'atteinte de cet objectif fixé « à horizon 2025 », repris par Emmanuel Macron dans son programme. Nicolas Hulot s'est attiré une volée de critiques des ONG.

Nicolas Hulot dévoile un plan climat aux airs de réchauffé

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a présenté le 6 juillet un plan en six axes, sans volet nucléaire, reprenant pour l’essentiel des engagements de campagne du président Macron. Plusieurs sont infléchis, voire pas cités.

Nicolas Hulot détaille prudemment ses priorités énergétiques

Le ministre de la Transition écologique a annoncé le 23 juin une réforme du code minier dès l’automne pour interdire tout nouveau permis d’exploration d’hydrocarbures. Il est resté prudent sur ses ambitions en matière de fiscalité, de nucléaire ou encore d’éolien.

Nicolas Hulot conserve les négociations sur le climat et partage le bâtiment

Le décret fixant les attributions de Nicolas Hulot, publié le 25 mai, inscrit l’action de son ministère dans la continuité du quinquennat Hollande. Il reprend, à quelques exceptions près, l’essentiel des attributions de Ségolène Royal.

Nicolas Hulot ministre : entre « signal fort » et incertitude sur ses attributions

La nomination de Nicolas Hulot au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire a été globalement bien accueillie. Plusieurs ONG et responsables politiques s’inquiètent toutefois du périmètre et des moyens qu’aura ce ministère.

La fin des « vacances » de Monsieur Hulot

Emmanuel Macron est parvenu à rallier le champion de la cause environnementale. Reste à voir si Nicolas Hulot aura le nucléaire dans ses attributions et jusqu’à quel point il pourra, dans le gouvernement d’Édouard Philippe, faire rimer économie avec écologie.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire