La France vient de transmettre ses propositions à la Commission européenne pour entamer l’ouverture à la concurrence de ses concessions hydroélectriques. Un grand pas pour ce serpent de mer énergétique, non arbitré durant deux quinquennats consécutifs, pour lequel la France a été mise en demeure par la Commission en octobre 2015 (relire notre article).

L’annonce a été faite hier par la Fédération nationale des mines et de l’énergie de la CGT, après « une rencontre intersyndicale avec Matignon…