Electrabel paiera-t-elle la facture du démantèlement et du traitement des déchets nucléaires ? Selon la loi du 11 avril 2003, engageant la Belgique à sortir du nucléaire en 2025, l’entreprise, filiale à 100 % du groupe français Engie depuis 2005, y est tenue.

Fin 2017, Engie-Electrabel avait dûment provisionné 10,1 milliards d’euros par l’intermédiaire de Synatom, sa filiale chargée entre autres du coût du démantèlement des centrales et de la gestion des déchets nucléaires. Le doute plane cependant…