L’affaire était mal emmanchée. Dès le 8 juillet 2020, jour de l’annonce par la Commission européenne de sa « stratégie hydrogène », l’Alliance européenne pour un hydrogène propre, censée être la clef de voûte du déploiement de la filière en Europe, suscite des critiques acerbes.

« Nous ne pouvons pas faire confiance à l’industrie du gaz pour diriger une telle alliance, alors que ces entreprises n’ont aucun intérêt dans l’hydrogène renouvelable », cinglait le Bureau européen de l’environnement.

Les «…