Juin 2018. Le ministre de la Transition écologique de l’époque, Nicolas Hulot, lance un plan hydrogène, le premier du genre en France, censé faire des industriels tricolores « les premiers dans cette filière d’avenir ». « Il ne faut pas que, comme cela a pu être le cas pour la filière solaire, on prenne le train au dernier moment », justifie l’éternel militant écologiste, qui met alors 100 millions d’euros sur la table. Du jamais vu.

Juin 2020. Le gouvernement…