Est-il possible de dégager une vision commune de l’électricité dans un paysage dominé par un producteur historique en situation de quasi-monopole (EDF), deux gros « challengers » (Engie et Total) et une myriade d’acteurs plus ou moins grands ?

L’Union française de l’électricité vient pour cela d’opter délibérément pour « une gouvernance qui fait de la place aux grands acteurs comme aux plus petits », annonce à Contexte la présidente de l’organisation professionnelle, Christine Goubet-Milhaud. « L’UFE a eu…