Partage de l’effort : les États ne veulent pas en faire plus

Les gouvernements veulent en revanche pouvoir modifier, post-2020, le nombre de quotas du marché du carbone utilisés pour atteindre leurs objectifs climatiques dans les secteurs non-ETS, selon le compromis préparé par la présidence du Conseil, consulté par Contexte.

Édition Énergie
Julian Schorpp (bureau de Bruxelles)
04 avril 2017 à 21h00
— © Everypixel

À lire également

Partage de l’effort : le rapporteur du Parlement plus ambitieux que la Commission
Dans son projet de rapport, le député européen Gerben Gerbrandy (Adle) propose notamment de réduire le mécanisme de flexibilité introduit pour les États dotés, comme la France, d’un secteur agricole important.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire