COP15 sur la biodiversité : l’ambassadrice française pour l’environnement décrit une négociation « très difficile »

À deux mois de la COP15 de Montréal, ce « n’est pas gagné » pour aboutir à la définition d’un cadre mondial de protection de la biodiversité pour l’après-2020. C’est ce qu’a « honnêtement » déclaré l’ambassadrice Sylvie Lemmet le 11 octobre aux membres du comité français de l’UICN, dépeignant une Union européenne isolée.
Édition Environnement
À Beauval, Victor Roux-Goeken
11 octobre 2022 à 15h00
L'ambassadrice française pour l'environnement Sylvie Lemmet — Fabien Kufen

À lire également

Biodiversité : à la COP15, une autre finale, sans prolongations

En dépit des multiples obstacles élevés contre lui, le sommet de Montréal sur la nature a accouché d’un cadre mondial, avec un jour d’avance sur la fin officielle de cette réunion de deux semaines. Contexte relate les conditions de son adoption, et passe en revue les forces et faiblesses du texte, à mettre désormais en œuvre à l’échelle nationale.

Biodiversité : à la COP15, l’Occident jure sans convaincre qu’il met la main au porte-monnaie

L’Union européenne, l’Allemagne et la France sont les principaux donateurs internationaux en matière de financement de la biodiversité dans les pays du Sud. Alors que s’ouvrait, le 15 décembre, le « segment ministériel » de la COP15 de Montréal, ce message a été martelé sur tous les tons. Sans convaincre les pays en développement. Ni même les pays occidentaux concernés.

Entretien - Biodiversité : à la COP15, le Brésil est « là pour qu’il y ait un accord »

Emmenés par le Brésil, les pays en développement ont quitté les négociations dans la nuit du 13 au 14 décembre, achoppant sur la question de nouvelles ressources financières. Accusé par les négociateurs « du nord » d’avoir une position maximaliste pour faire dérailler le projet de cadre mondial post-2020 sur la biodiversité, le pays s’en défend. « Nous sommes là pour qu’il y ait un accord », affirme à Contexte le chef de la délégation brésilienne, l’ambassadeur Leonardo Athayde. Mais « tout le monde va devoir perdre quelque chose ».

Biodiversité : à mi-chemin de la COP15, les négos dans le blizzard

Au mitan de la COP15 de Montréal sous présidence chinoise, tous les points cruciaux du projet de cadre mondial post-2020 sur la biodiversité restent ouverts à la négociation. Les tractations commenceront sérieusement avec l’arrivée des ministres, le 15 décembre. Au risque d’affaiblir la portée de la « COP de la dernière chance ».

Biodiversité : mille et un obstacles à la COP15 de Montréal

Censée aboutir à l’équivalent de l’accord de Paris en matière de biodiversité, la négociation internationale sous présidence chinoise qui se tient à Montréal du 7 au 19 décembre accumule les embûches. Au risque d’échouer à mettre sur pied le cadre mondial permettant d’enrayer l’effondrement du vivant d’ici 2030.

L’humanité a triplement intérêt à massifier son financement en faveur de la nature

À une semaine de l’ouverture de la COP15 sur la biodiversité de Montréal, le Programme des Nations unies pour l’environnement souligne l’inadéquation des montants alloués aux « solutions fondées sur la nature », et plus encore l’énormité des subventions néfastes à l’environnement.

Biodiversité : les négociateurs du monde entier prêts à débattre de 21 objectifs « réalistes » pour 2030

Le projet de cadre mondial pour la biodiversité post-2020 a été rendu public le 12 juillet. Il prévoit de combler un déficit de financement de 700 milliards de dollars par an. Et cible les pesticides, de même que les déchets plastiques. De longues négociations sont encore à prévoir d’ici à la COP15, qui sera probablement reportée à 2022.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire