Est-il déplacé de parler d’environnement quand des civils meurent ou fuient la guerre ?

Ce n’est pas déplacé, mais cela n’apparaît pas en priorité dans la gestion de l’urgence.

Les dégâts environnementaux marquent moins que de voir un enfant orphelin ou une femme blessée. Mais ils ont un impact et tuent aussi des gens. Les survivants vivront avec un air, une eau et des aliments pollués, qui feront aussi des morts, qu’on ne verra pas.

Quelles sont les conséquences environnementales…