A priori, personne ne souhaite la mort des orangs-outans ni la ruine des forêts tropicales. Le projet de règlement sur la déforestation importée, dévoilé le 17 novembre par la Commission, a donc tout pour faire l’unanimité – les ONG et les eurodéputés les plus sensibles à l’écologie ont d’ailleurs salué l’esprit du texte. Et pourtant, certains détails, et non des moindres, risquent de déplaire au Parlement, où la copie de l’exécutif arrivera bientôt.

La France n’aura d’autre choix que de…