L’Europe à la traîne sur la gestion des déchets miniers

Pour augmenter la production domestique de matières premières critiques dans l’UE, la Commission européenne espère exploiter les déchets miniers, sources potentielles de terres rares ou encore de cobalt. Ça s’annonce cependant difficile au vu de la faiblesse de la législation sur le sujet : entre oppositions locales, manque de données et permis épineux, la gestion des déchets miniers a le potentiel d’une véritable boîte de Pandore.
Édition Environnement
À Bruxelles, Élise Feron
01 février 2023 à 7h00
L’UE à la traîne sur la législation en matière de gestion des déchets miniers — Bertall

À lire également

La sobriété, angle mort de la stratégie européenne sur les matières premières critiques

Solution clé vantée par le Giec pour atteindre les objectifs climatiques, la sobriété fait de plus en plus parler d’elle, mais pas encore partout. Le projet de règlement présenté le 16 mars par la Commission européenne fait l’impasse sur la réduction de la demande en matières premières primaires. Le sujet pourrait cependant émerger dans les débats du Parlement européen. Analyse.

Info Contexte - Paris affine sa position sur les matières premières critiques

Dans une note du Secrétariat général des affaires européennes, consultée par Contexte, le gouvernement avance une série de propositions détaillées destinées à « nourrir » les réflexions de la Commission européenne pour son règlement sur les matières premières critiques, attendu début mars. Extraits choisis.

Les permis environnementaux, enjeu critique de l’exploitation minière européenne

La Commission européenne est déterminée à réduire la dépendance de l’UE en matières premières critiques vis-à-vis de pays tiers – la Chine notamment – et en fait désormais l’une de ses priorités. Le développement de l’exploitation minière devient donc un enjeu phare. Mais la partie est loin d’être gagnée pour l’exécutif : les procédures d’octroi de permis environnementaux et les oppositions locales corsent sacrément l’affaire.

Plan de résilience : le challenge du réglage des curseurs sur les matières premières

Rendre les mesures d’urgence du plan de résilience opérationnelles : c’est à cela que vont s’atteler les professionnels du secteur agricole et alimentaire avec l’administration, à partir du 21 mars. Ils ont peu de temps pour réfléchir et pas mal de problèmes à résoudre. Parmi les premiers dossiers sur la table : l’aide à l’alimentation animale et le soutien à la production d’engrais. Contexte fait le point sur les enjeux de ces premières réunions.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire