L’humanité a triplement intérêt à massifier son financement en faveur de la nature

À une semaine de l’ouverture de la COP15 sur la biodiversité de Montréal, le Programme des Nations unies pour l’environnement souligne l’inadéquation des montants alloués aux « solutions fondées sur la nature », et plus encore l’énormité des subventions néfastes à l’environnement.

Édition Environnement
Victor Roux-Goeken
01 décembre 2022 à 9h00
.
. — All rights reserved

À lire également

Entretien - Financer la transition, « c’est comme appuyer à fond sur l’accélérateur et sur le frein en même temps »
À l’occasion de la présentation, ce 22 mai, du rapport de la mission de Jean Pisani-Ferry sur « les incidences économiques de l’action pour le climat », Hadrien Hainaut, chef de projet « investissement » du think tank I4CE, explique à Contexte pourquoi il est important, mais également difficile, de bien évaluer le montant des investissements en faveur de la transition écologique.
Après la COP15, les Européens face au défi de la restauration de la nature
Si les Vingt-Sept souscrivent à l’objectif européen et désormais mondial de restauration de la nature, sa réalisation soulève inquiétudes et questions à Bruxelles. Le premier débat entre les ministres de l’Environnement sur le projet de règlement ad hoc, le 20 décembre, a permis de lever le rideau sur d’épineuses questions méthodologiques et financières.
Biodiversité : mille et un obstacles à la COP15 de Montréal
Censée aboutir à l’équivalent de l’accord de Paris en matière de biodiversité, la négociation internationale sous présidence chinoise qui se tient à Montréal du 7 au 19 décembre accumule les embûches. Au risque d’échouer à mettre sur pied le cadre mondial permettant d’enrayer l’effondrement du vivant d’ici 2030.
Virginijus Sinkevičius : « Un accord au niveau d’ambition trop faible à la COP15 serait une ligne rouge pour l’UE »
Le commissaire européen à l’Environnement négociera au nom de l’Union européenne lors de la Conférence mondiale sur la biodiversité, qui se tiendra à Montréal du 7 au 19 décembre. Parmi ses priorités, la mise en œuvre d’un mécanisme de contrôle sur le modèle de ce qui a été mis en place dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.
COP15 sur la biodiversité : l’ambassadrice française pour l’environnement décrit une négociation « très difficile »
À deux mois de la COP15 de Montréal, ce « n’est pas gagné » pour aboutir à la définition d’un cadre mondial de protection de la biodiversité pour l’après-2020. C’est ce qu’a « honnêtement » déclaré l’ambassadrice Sylvie Lemmet le 11 octobre aux membres du comité français de l’UICN, dépeignant une Union européenne isolée.
Biodiversité : les négociateurs du monde entier prêts à débattre de 21 objectifs « réalistes » pour 2030
Le projet de cadre mondial pour la biodiversité post-2020 a été rendu public le 12 juillet. Il prévoit de combler un déficit de financement de 700 milliards de dollars par an. Et cible les pesticides, de même que les déchets plastiques. De longues négociations sont encore à prévoir d’ici à la COP15, qui sera probablement reportée à 2022.