Océans : le pari Brest de Macron

Le One Ocean Summit, auquel le président français a convié, le 11 février, une quinzaine de chefs d’État et de gouvernement, s’est soldé par des déclarations d’intention en pagaille, censées donner un coup de fouet aux négociations internationales sur la biodiversité et le plastique prévues cette année. Sans garantie de succès au bout du compte.
Édition Environnement
Simon Carraud, à Brest
14 février 2022 à 7h00
Emmanuel Macron à Brest — DR

À lire également

À Nairobi, top départ d’un long chemin vers un traité sur les plastiques

L’idée d’un traité global sur la pollution plastique a fait son chemin et trouve un large soutien au sein de la communauté internationale, qui s’apprête à ouvrir les négociations. Mais tout, dans ce nouveau chapitre de la gouvernance environnementale, reste à écrire, en commençant par son objet : la pollution marine ou globale.

Plastique, biodiversité, Europe… Entretien avec l’ambassadeur aux négociations maritimes, Serge Ségura

Dans une interview à Contexte, l’ambassadeur Serge Ségura, chargé des négociations maritimes au nom de la France, fait le point sur les discussions internationales autour du plastique et de la biodiversité en haute mer. Deux dossiers sensibles à l’heure où la protection des mers s’invite dans les grandes réunions internationales, comme en témoigne la tenue d’un futur « One ocean summit », promis par Emmanuel Macron.