La fin du géoblocage audiovisuel, vrai danger ou film d’horreur pour lobbyistes ?

A l’automne, l’audiovisuel européen s’est mobilisé comme très rarement pour défendre le géoblocage de ses contenus. Ce principe, qu’il estime essentiel à sa survie, doit être réexaminé en 2025 par la prochaine Commission européenne. Pour autant, le risque que ce système puisse être remis en cause reste à prouver.

Édition Médias
Guénaël Pépin
26 janvier 2024 à 7h00
Un tyrannosaure tient un cadenas dans ses crocs
L'audiovisuel a peur de la fin de son modèle, alors qu'il vient de prouver sa puissance à Bruxelles. — Jérémie Luciani pour Contexte

À lire également

À l’orée d’un nouveau mandat, la Commission rouvre les plaies du secteur audiovisuel

Droit d’auteur, services de médias audiovisuels… La Commission est discrètement partie à la pêche aux idées pour la prochaine mandature, après avoir publié son « Media Outlook », un grand état des lieux du secteur. En quelques questions, elle plonge dans le dossier qui fâche : les relations entre industriels européens et plateformes de vidéo par abonnement (« streamers ») américaines. Une partie du secteur s’interroge sur les intentions de l’exécutif européen derrière cette initiative.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire