Le retour de l’exécutif sur la supervision du Digital Services Act risque de laisser les États membres sur leur faim. Dans une série de questions-réponses, datée du 25 mai et que Contexte publie, plusieurs États proposent à la Commission des moyens d’intervenir dans cette nouvelle régulation des contenus en ligne. Cette dernière ne laisse pas entrevoir de telles ouvertures.

Le cheval de Troie de la protection des consommateurs

Cette demande française fait partie des positions déjà révélées par Contexte cette…