La version définitive du rapport.

Les conclusions de la « mission Facebook » sont courtes – 34 pages bien aérées, dont une partie consacrée à rappeler le contexte – mais ses propositions s’écartent de la petite musique répressive que jouent habituellement les pouvoirs publics en France au sujet des plateformes. C’est ce qui ressort du rapport final, qui doit être remis ce vendredi 10 mai au secrétaire d’État au Numérique Cédric O. Contexte publie un avant-projet de ces conclusions. Elles ne…