À Bruxelles, le 10 janvier était placé sous le signe des données. La Commission a présenté, entre autres, son projet de règlement e-Privacy. Il remplace la directive du même nom, déjà révisée en 2009.

En cas de non-respect des règles, le texte prévoit des amendes alignées sur celles du règlement sur la protection des données, qui peuvent aller jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires mondial. Les autorités nationales de protection des données, comme la Cnil en France, seront chargées…