Le DSA ne peut pas tout régler, ont martelé ses négociateurs pendant un an. C’est ainsi que les demandes des ayants droit sur le piratage et la contrefaçon ont été abandonnées, comme les demandes les plus radicales sur les places de marché et la publicité. Le règlement sur les contenus en ligne est la fondation juridique d’autres instruments à venir dans les prochains mois, qui doivent avoir la main plus lourde sur les plateformes.

Des enfants et des codes

Le…