"Il y aura des perdants et certains emplois disparaîtront, mais le numérique crée plus d'emplois qu'il n'en détruit", a assuré le vice-président de la Commission Andrus Ansip, en présentant sa stratégie pour un marché numérique européen devant le Parlement européen le 19 mai à Strasbourg. Des propos qui se voulaient rassurant, devant une plénière qui a réservé pourtant un accueil mitigé aux propositions annoncées le 6 mai dernier par la Commission.

Même si la stratégie numérique va "dans le bon…