En débat au Conseil de l’UE depuis 2017, le règlement e-privacy est en bonne voie pour enfin sortir de ce long tunnel. La future législation doit compléter le Règlement général sur la protection des données (RGPD), entré en application depuis mai 2018, pour couvrir les communications électroniques. De fait, il couvre des points sensibles pour les acteurs français : les données télécoms pour les forces de l’ordre et les cookies pour la publicité.

La présidence portugaise a tenté un sprint…