« C'est clair, dès que le Conseil parle d'internet, c'est difficile, » constate un diplomate européen. Et, encore une fois, la France et le Royaume-Uni s'opposent sur ce sujet, bloquant, pour l'heure, l'adoption d'une position européenne pour les réunions internationales sur la gouvernance du net qui se tiendront d'ici quelque semaines (voir encadré).

L'objectif de la présidence lettone du Conseil, et surtout de la Commission européenne, serait de faire adopter rapidement des lignes directrices par les représentants permanents des Etats…