La conférence numérique du 27 octobre devait être un grand rendez-vous politique, avec François Hollande, Angela Merkel et Jean-Claude Junker, réunis à Paris pour parler de politique numérique européenne. Elle a surtout été l'occasion pour chacun des participants de réaffirmer des positions connues, sans grandes annonces.

La question brûlante du Safe harbor a été à peine évoquée, et n'a donné lieu à aucune prise de position, si ce n'est l'affirmation, par François Hollande, de la nécessité de renégocier des accords…