253 voix pour, 6 abstentions. Le 4 mai dernier, le vote solennel sur le projet de loi climat et résilience révèle l’image d’un groupe La République en marche (LRM) rassemblé, presque unanime comme aux premiers jours de la mandature. Quelques semaines plus tôt, ils étaient pourtant nombreux à considérer le texte comme « le plus risqué du quinquennat », « un nid à emmerdes » dans lequel les Marcheurs allaient joyeusement s’étriper.

En décembre dernier, les mêmes craintes précédaient le…