À l’Assemblée, la méthode Castaner trouve ses limites

Depuis son arrivée à la tête du groupe LRM, Christophe Castaner a remis de l’ordre dans un groupe déboussolé. S’il évite la plupart des couacs en organisant l’expression de divergences, il doit composer avec l’activisme de son ancienne rivale, Aurore Bergé.
Édition Pouvoirs
Thierry Dupont
17 mai 2021 à 7h00
Christophe Castaner (en 2016) — Flickr / clement vaillant

À lire également

Député ? Non merci !

La règle du non-cumul des mandats impose de choisir entre un mandat exécutif local et un mandat de parlementaire. De nombreux maires ont déjà choisi, refusant d’aller siéger dans une Assemblée de plus en plus dépréciée. Un casse-tête pour les partis, alors que le débat sur le non-cumul fera son retour à l’Assemblée le 26 novembre.

Le Modem cherche encore sa place en Macronie

Pilier de la majorité depuis que François Bayrou a noué une alliance avec Emmanuel Macron en février 2017, le parti centriste tire satisfaction du quinquennat qui s’achève mais ne masque pas certains regrets. Alors que la majorité compte s’élargir encore en 2022, le Modem souhaite voir son rôle renforcé.

Les députés LRM tentés de prendre leurs distances avec le gouvernement

Trois ans après leur élection, nombre d’élus La République en marche (LRM) cherchent encore leur utilité dans le dispositif majoritaire. L’élection d’un nouveau président du groupe, les 9 et 10 septembre, apparaît pour certains comme un moyen de pousser un coup de gueule.

Décortiqués, désossés, remixés… Comment LRM transforme à sa guise les textes de l’opposition à l’Assemblée

Depuis la réforme du règlement de l’Assemblée, les propositions de loi des groupes de l’opposition doivent être obligatoirement discutées. Dévitalisation, réappropriation ou plagiat : la majorité diversifie les techniques pour ne pas être prise en défaut sur les dossiers politiquement sensibles. La leçon du fiasco autour du congé parental en cas de décès d’un enfant a été rapidement apprise.

Un imprévisible chamboule-tout au groupe LRM

Près de 90 députés du groupe majoritaire sont en piste pour obtenir un poste à responsabilité lors du renouvellement de la mi-mandat. Une élection très ouverte, avec de nombreux prétendants et plusieurs points de tension.

Les députés LRM cherchent à se sortir du piège de la promesse de renouvellement

En lançant le processus de redistribution des postes à responsabilité, les élus En Marche entendent respecter un engagement symbolique fort, sans pour autant casser une mécanique et une dynamique internes encore fragiles. Un défi que le groupe majoritaire s’estime capable de relever.

La galaxie LRM à l’Assemblée nationale

En un an, les « tribus » ont muté. Les députés du pléthorique groupe majoritaire se sont regroupés sur des thèmes et en fonction de leurs affinités politiques, souvent selon le critère droite/gauche. Les campagnes internes pour le perchoir et la présidence du groupe ont renforcé certains liens, mais les groupes ne sont ni fermés, ni cristallisés.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire