Une véritable douche froide. L’entrée en Ukraine des forces russes le 24 février a fait brutalement comprendre à l’Allemagne l’ampleur de ses faiblesses stratégiques. Le retour de la guerre sur le sol européen et l’incertitude sur l’appétit de conquête de Vladimir Poutine ont bousculé le certain confort dans lequel s’était installée la République fédérale depuis la Réunification. Les problèmes opérationnels et de matériel de l’armée allemande pouvaient faire la une des journaux, irriter ses alliés, mais ils ne prêtaient pas…