L’enquête de la médiatrice européenne ne laisse aucun doute : la décision du président de la Commission de nommer son directeur de cabinet à la tête de l’administration européenne est contraire aux règles en vigueur. La procédure n’a été respectée « ni dans la lettre, ni dans l’esprit », indique Emily O’Reilly ce 4 septembre. Même si les conclusions de l’Irlandaise sont consultatives, il s’agit d’un camouflet pour Jean-Claude Juncker, qui affirme le contraire depuis…