« Ne croyez pas que je suis influent, cela peut vous faire écrire des bêtises », glisse Alain Richard en sortant d’une audition à l’Assemblée nationale sur son très attendu rapport sur la fiscalité locale.

Son nom revient pourtant au détour de nombreuses conversations, y compris avec des parlementaires qui n’étaient pas nés lorsqu’il fut rapporteur de la première loi de décentralisation de Mitterrand, en 1982. Ancien ministre de Jospin, sénateur du Val-d’Oise passé du Parti socialiste…