Avant, pendant et après les élections européennes : le calendrier d’une course de fond

Le scrutin de juin 2024 sera le point d’orgue d’une longue séquence, qui a déjà commencé en coulisses avec la constitution des listes et les premiers bruits de couloir sur la future répartition des postes de prestige. Le marathon se poursuivra jusqu’à l’approbation finale de la Commission, fin 2024, voire début 2025.
Édition Pouvoirs
Simon Carraud, à Bruxelles
07 novembre 2023 à 8h00
Au Campus européen de Renaissance. Bordeaux, le 7 octobre, 2023 — Ugo Amez / Sipa

À lire également

Conseil européen cherche mouton à cinq pattes

La présidence du club des chefs d’État et de gouvernement européens sera vacante à la mi-juillet au plus tard, après le départ anticipé du titulaire, Charles Michel. Contexte dresse le portrait du candidat idéal, sur la base de témoignages de hauts fonctionnaires et de diplomates familiers de cette enceinte ultra-select. Les critères, tous tacites, réduisent drastiquement la liste des prétendants sur le marché.

Stéphane Séjourné, la valse-hésitation entre Paris et Bruxelles

En début d’année, le président du groupe Renew avait exprimé son souhait d’être tête de liste de la majorité aux européennes de 2024. Depuis l’été, c’est le grand flottement : l’intéressé, qui dirige aussi le parti Renaissance, se montre discret, et Emmanuel Macron fait attendre sa décision. Alors que les oppositions se mettent en ordre de bataille, la majorité ronge son frein.

À un an des élections, les socialistes européens au bord de la crise d’identité

Fragilisé par une dynamique électorale en berne, le groupe Socialistes et Démocrates (S&D) veut s’appuyer sur deux piliers en vue des européennes de 2024 : la transition écologique et la défense des droits sociaux. Mais les fractures idéologiques subsistent au sein du groupe. L’attitude de la droite classique, qui donne des gages de plus en plus évidents à la droite dure, pourrait conduire à un grand exercice de clarification.

La longue marche d’Ursula von der Leyen vers un deuxième mandat

Sans même s’être déclarée candidate, la présidente de la Commission européenne est archifavorite dans la course à sa propre succession. Mais l’ex-ministre allemande, discrète sur ses intentions, mal-aimée d’une partie de la droite et soumise aux aléas de toute campagne, n’a pas encore partie gagnée.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire