Bruxelles rêve d’une Union moins désunie en cas de nouvelle pandémie

La Commission européenne a présenté, mercredi 10 novembre, ses initiatives pour une « Europe de la santé ». Derrière les grandes déclarations, l’arsenal de mesures proposées est dirigé vers un seul objectif : répondre, de manière moins désordonnée qu’au printemps dernier, à de futures crises sanitaires. Une nouvelle autorité européenne est en gestation.
Édition Pouvoirs
Cédric Vallet (depuis Bruxelles)
12 novembre 2020 à 7h00
Bruxelles rêve d’une Union moins désunie en cas de nouvelle pandémie — DR

À lire également

L’Europe de la santé : des avancées en façade, des réserves dans les faits

Passé la crise du Covid-19, la notion d’Europe de la santé a perdu de sa superbe. Les États membres ont âprement négocié avec la Commission européenne pour tempérer son ambition. À l’aune d’une nouvelle crise sanitaire – cette fois, les pénuries de médicaments –, seront-ils prêts à lâcher du lest ?

La crise du coronavirus révélatrice d'une Europe de la santé aux mains des États

Face au virus et l’urgence sanitaire, chaque gouvernement est souverain. Depuis début mars, les réflexes du chacun pour soi sont omniprésents. La Commission tente de recoller les morceaux alors que l’Union ne dispose que de maigres outils de coordination. 

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire