Fin juillet, Paris a annoncé vouloir prendre à bras-le-corps la fiscalité des géants du net. Le nouveau gouvernement ne tolère plus des situations comme celle d’Airbnb, qui a payé à peine plus de 90 000 euros d’impôts en France alors que l’Hexagone est son deuxième marché mondial.

Le 21 septembre, la Commission européenne a réagi en présentant une communication non législative qui développe des pistes pour une imposition « juste » de l’économie numérique. Les profits des entreprises…