Le quatrième sommet consacré au Partenariat oriental de l’UE s’annonce sous des auspices calmes et prévisibles, voire anémiés. La crise ukrainienne a douché les velléités des Vingt-huit à aller de l’avant. Elle a aussi accru les divisions internes, entre Etats membres désireux de renforcer le Partenariat et ceux qui prônent retenue et prudence, notamment pour ne pas aggraver les tensions avec Moscou.

Sauf imprévu, les chefs d’Etat et de gouvernement réunis à Riga n’avaliseront pas de nouvelles avancées significatives. Ils…