La plateforme Refit, c’est avant tout une promesse. Celle d’ « apporter aux citoyens ce qu’ils attendent de la Commission, la révision et l’amélioration des règles de l’Union européenne », comme l’affirmait Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, le 29 janvier 2016, lors de l’inauguration de la plateforme.

Mais, à en croire le Bureau européen des consommateurs (Beuc), cette promesse est restée lettre morte. Pour Ursula Pachl, directrice générale adjointe du Beuc, partie prenante du…