Face au rouleau compresseur de l’article 49-3 de la Constitution, qui permet l’adoption d’un texte sans débat et sans vote, l’opposition est démunie. Elle peut juste déposer une motion de censure, susceptible de faire tomber le gouvernement si elle est adoptée.

Une hypothèse d’école, au regard de la configuration de l’hémicycle. Pour atteindre le seuil fatidique des 289 voix nécessaires à son adoption, il faudrait qu’une quarantaine de députés socialistes mêlent leurs voix…